Mon blog déménage

lundi 8 juin 2009

Vous pouvez désormais me suivre sur:
http://cedric.ringenbach.com


Déménagement


Allègre ne passera pas !

mercredi 27 mai 2009

Pétition contre l’entrée de M. Claude Allègre au gouvernement français

Allegre ne passera pas

Cette pétition sera remise au cabinet de Nicolas Sarkozy le 5 juin 2009.

Nous considérons que l’entrée de M. Claude Allègre dans le gouvernement français serait extrêmement préjudiciable à l’image de la France, à six mois de la conférence de Copenhague, au moment où elle doit jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

M. Claude Allègre a par le passé nié le réchauffement climatique et continue aujourd’hui d’affirmer que ses causes ne seraient pas anthropiques. Il est discrédité dans le monde scientifique. Sa position est une insulte à l’encontre des membres du GIEC.

Nous pensons que la diffusion des idées de M. Claude Allègre a fortement contribué à ralentir le passage à l’action dans la lutte contre le changement climatique et qu’il est urgent de faire la lumière sur le manque de fondements scientifiques de ses propos.

Nous demandons avec insistance à M. Nicolas Sarkozy de ne pas proposer de poste au gouvernement à M. Claude Allègre.

Signer la pétition ici.


Le 5 juin, sortie du nouveau film de Yann Arthus-Bertrand et Luc Besson

dimanche 24 mai 2009

Le film s’appelle « home », il sort le 5 juin au cinéma, à la télé, sur le net. Ce qui le caractérise, c’est qu’il est libre de droits. Il a été co-produit par Luc Besson, financé parFrançois Henri Pinault (PPR). Voici la bande annonce. A vos magnetos !


XN : Extreme Networking

mardi 12 mai 2009

 

Voici un concept dont le nom est un clin d’œil à l’XP. L’Xtreme Networking (cc) est une session de networking, en petit comité, avec des enjeux business bien identifiés, dans le but de mettre le réseau de chaque participant au profit des autres, voire d’être capable de vendre les compétences des autres consultants. Ce type d’exercice peut être pratiqué entre consultants indépendant ayant des offres proches ou complémentaires, dans le but de s’échanger du business ou des contacts.
Logistique
Une session de XN est une initiative individuelle, même si elle peut avoir été poussée par une association, un réseau d’anciens élèves, un syndicat professionnel etc.
Le nombre idéal est trois, quatre ou six. Il faut prévoir au minimum de disposer d’une connexion internet chacun, voire d’un vidéoprojecteur.
Il s’agit d’un travail sur au minimum une journée, voir deux. L’idéal étant d’y consacrer tout un week-end, dans un lieu sympathique.
Première phase : Se présenter
On se présente, non seulement oralement, mais aussi à travers les documents  comme notre CV, notre profil LinkedIn, Xing ou Viadeo. C’est l’occasion de recevoir de la part des autes un retour sur notre façon de présenter nos compétences ou notre offre de conseil. On en profitera éventuellement pour complètement re-rédiger nos profils.
On utilise également beaucoup les mots-clé : on essaye de lister une dizaine de « tags » chacun, on les donne aux autres, les autres se positionnent également sur ces mots-clé avec, à chaque fois, une pondération donnée au mot-clé. On peut, à cette occasion, utiliser les outils en ligne pour générer des nuages de mots en couleur, qui pourront être ajoutés à nos pages de présentation en ligne.
Deuxième phase : Se présenter mutuellement
Dans une ambiance « jeu de rôle », je présente à une personne A les compétences d’une personne B. La personne B voit ainsi ce que j’ai retenu de sa présentation. C’est l’occasion de se rendre compte qu’on a peut-être oublié quelque chose, ou qu’une seule compétence a été retenue alors qu’elle n’est pas la plus importante.
Au delà de l’aspect « retour » que cet exercice permet, il s’agit véritablement d’être capable de « vendre » les compétences de ses camarades, plus tard, à nos propres clients ou à nos contacts.
Troisième phase : faire le tour de son réseau
Cet exercice marche dans deux sens, voire trois :
1) je réfléchis à qui, dans mon réseau, peut être intéressé par les services de mes camarades et je leur parle de ces personnes. Le cas échéant, on fera une mise en relation.
2) Je recherche, dans le réseau des autres, les profils qui pourraient m’intéresser et je leur demande s’ils pensent que la mise en relation en vaut le coup.
3) mieux encore : je trouve dans le réseau des autres, des partenaires commerciaux qu’ils n’avaient encore pensé et je leur soumets l’idée.
Produit fini
A la fin de ce travail, on repart avec une liste de TODO, de mises en relations à faire ou de nouvelles personnes à contacter. La suite se passe sur les réseaux, par téléphone, au cours de déjeuners, etc. Le fait d’être en petit groupe, implique qu’on peut difficilement se défiler vis-à-vis des engagements qu’on a pris, car cela se verra rapidement.
Plusieurs sessions peuvent être envisagées, à un rythme mensuel par exemple, avec des phases 1 et 2 qui seront plus lights au cours des sessions suivantes.
Ce concept est en Creative Communs, libre à chacun de s’en emparer et de le diffuser. Merci de faire part de vos expérimentations.

Voici un concept dont le nom est un clin d’œil à l’XP. L’Xtreme Networking (cc) est une session de networking, en petit comité, avec des enjeux business bien identifiés, dans le but de mettre le réseau de chaque participant au profit des autres, voire d’être capable de vendre les compétences des autres consultants. Ce type d’exercice peut être pratiqué entre consultants indépendant ayant des offres proches ou complémentaires, dans le but de s’échanger du business ou des contacts.

Logistique

Une session de XN est une initiative individuelle, même si elle peut avoir été poussée par une association, un réseau d’anciens élèves, un syndicat professionnel etc.

Le nombre idéal est trois, quatre ou six. Il faut prévoir au minimum de disposer d’une connexion internet chacun, voire d’un vidéoprojecteur.

Il s’agit d’un travail sur au minimum une journée, voir deux. L’idéal étant d’y consacrer tout un week-end, dans un lieu sympathique.

Première phase : Se présenter

On se présente, non seulement oralement, mais aussi à travers les documents  comme notre CV, notre profil LinkedIn, Xing ou Viadeo, ou même par une présentation commerciale sous PowerPoint. C’est l’occasion de recevoir de la part des autes un retour sur notre façon de présenter nos compétences ou notre offre de conseil. On en profitera éventuellement pour complètement re-rédiger nos profils.

On utilise également beaucoup les mots-clé : on essaye de lister une dizaine de « tags » chacun, on les donne aux autres, les autres se positionnent également sur ces mots-clé avec, à chaque fois, une pondération donnée au mot-clé. On peut, à cette occasion, utiliser les outils en ligne pour générer des nuages de mots en couleur, qui pourront être ajoutés à nos pages de présentation en ligne.

Deuxième phase : Se présenter mutuellement

Dans une ambiance « jeu de rôle », je présente à une personne A les compétences d’une personne B. La personne B voit ainsi ce que j’ai retenu de sa présentation. C’est l’occasion de se rendre compte qu’on a peut-être oublié quelque chose, ou qu’une seule compétence a été retenue alors qu’elle n’est pas la plus importante.

Au delà de l’aspect « retour » que cet exercice permet, il s’agit véritablement d’être capable de « vendre » les compétences de ses camarades, plus tard, à nos propres clients ou à nos contacts.

Troisième phase : faire le tour de son réseau

Cet exercice marche dans deux sens, voire trois :

1) je réfléchis à qui, dans mon réseau, peut être intéressé par les services de mes camarades et je leur parle de ces personnes. Le cas échéant, on fera une mise en relation.

2) Je recherche, dans le réseau des autres, les profils qui pourraient m’intéresser et je leur demande s’ils pensent que la mise en relation en vaut le coup.

3) mieux encore : je trouve dans le réseau des autres, des partenaires commerciaux à qui ils n’avaient encore pensé et je leur soumets l’idée.

Formations mutuelles

L’envie viendra probablement de profiter de ces occasion d’échanges pour faire profiter les autres d’une formation rapide sur des outils intéressants qu’on a découverts. Pour une session de deux jours, il y a moyen de prévoir ce type d’échanges.

Produit fini

A la fin de ce travail, on repart avec une liste de TODO, de mises en relations à faire ou de nouvelles personnes à contacter. La suite se passe sur les réseaux, par téléphone, au cours de déjeuners, etc. Le fait d’être en petit groupe, implique qu’on peut difficilement se défiler vis-à-vis des engagements qu’on a pris, car cela se verra rapidement.

Plusieurs sessions peuvent être envisagées, à un rythme trimestriel par exemple, avec des phases 1 et 2 qui seront plus lights au cours des sessions suivantes.

Ce concept est en Creative Communs, libre à chacun de s’en emparer et de le diffuser. Merci de faire part de vos expérimentations.


Transformation écologique de l’économie (contribution énergie-climat)

jeudi 30 avril 2009

Les députés du parti Gauche démocrate et républicaine (François de Rugy, Martine Billard, Yves Cochet, Noël Mamère) ont déposé à l’Assemblée nationale une proposition de loi relative à la transformation écologique de l’économie.

Ce projet de loi propose la création d’une contribution climat-énergie basée sur le même mode de calcul que celui de la Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers mais intégrant toutes les consommations d’énergie et pas simplement les carburants. Les recettes seraient ensuite réaffectées à la maîtrise de la consommation d’énergie et au développement des énergies renouvelables.

Il s’agit d’aller vers « un système plus économe et plus sobre en énergies non-renouvelables ». Le projet se découpe en cinq points : 

  • la création d’une contribution climat-énergie,
  • le changement de priorités dans le secteur des transports,
  • l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments et le développement des énergies renouvelables,
  • la reconversion des bassins d’emploi de la filière automobile,
  • le texte propose enfin deux façons de financer cette reconversion écologique de l’économie par l’abrogation des principales dispositions de la loi « travail emploi, pouvoir d’achat » votée en juillet 2007 et par la création d’un prélèvement exceptionnel sur les bénéfices des sociétés établies en France et produisant ou distribuant de l’énergie.

Source : 


Conférence de Jean-Marc Jancovici mardi 7 Avril à Sciences Po

lundi 30 mars 2009

conférence jancovici

 

Je propose à ceux qui n’ont pas encore vu Jean-Marc Jancovici en conférence de venir assister à sa conférence, mardi 7 avril, à 19h15, à Science Po (27, rue Saint-Guillaume 75007 Paris).

Lien

L’évenement sur facebook

L’événement sur OVS

Le plan sur Google


Mercredi 4 février sur France 2 : Les temps changent

vendredi 30 janvier 2009
Les Temps Changent

Les Temps Changent

Mercredi 4 février, à 20h35, ne ratez pas « Les temps changent », un docu-fiction sur ce qui pourrait arriver dans le courant du 21e siècle. Vos réactions seront les bienvenues ci-dessous.  

En 2075, le réchauffement de la planète affecte gravement les populations du Nord comme du Sud. En Occident, Julia se bat pour sauver sa vigne menacée par une nouvelle saison de sécheresse. Au même moment, dans le Sud du Sahara, Idri et Faouzi fuient leur village devenu inhabitable, traversent le désert et finissent dans un camp de réfugiés, porte vers l’Eldorado européen, du moins l’imaginent-ils ainsi. Dans le Nord du Canada et aux Etats-Unis, les changements climatiques modifient également de manière radicale les modes de vie et provoquent des menaces mal appréhendées.


Ce soir : attention au pic

mercredi 7 janvier 2009

Ce soir, RTE prévoit un pic de consommation sans précédent : 91 GW de puissance à 19h. Le précédent record était de 88 GW, c’était le 17 décembre 2007. En période d’hyper pointe comme celle-là, l’électricité coûte excessivement cher à EDF qui nous le fait payer d’une façon ou d’une autre à travers les futures augmentations de tarifs. De plus, les moyens de production pour la pointe sont très émetteurs de CO2.

Conso_20090107

Donc pour éviter de finir la soirée à la chandelle, baissons nos radiateurs électriques et reportons à plus tard les machines à laver ou sèche-linge entre 18h et 20h (et non entre 19h et 20h comme l’annoncent les journalistes).

Faites passer !

Sources : Prévisions et Historiques de RTE


Achetons groupés : VRM ou arnaque marketing ?

lundi 5 janvier 2009

J’ai publié en mars 2008 un billet intitulé « Achats groupés : le VRM en action » à propos du site « achetons groupés ».
L’opération en question n’était en fait qu’une bonne vieille opération de marketing de la part du centre commercial des 4 temps à la défense. L’URL pointe maintenant directement sur le site des Quatre Temps.

Le reportage qui montre « Marc » le soi-disant activiste défenseur des droits des consommateurs est donc une belle escroquerie… et les journalistes ont marché, sans vérifier leurs sources (j’ai vu cette vidéo, telle quelle sur une grande chaîne nationale). J’ai marché aussi, je reconnais, mais contrairement aux journalistes, je rectifie.


Logos »recyclable » et « eco-emballages »

jeudi 1 janvier 2009

Je cheche cette info depuis longtemps, alors maintenant que je la tiens, je vous la donne et je saurai qu’elle est là:

Ceci est le logo « eco-emballages« . Quand on le voit sur un produit, cela veut dire que le producteur a payé une taxe de quelques centimes sur l’emballage, qu’il l’a intégrée au prix et qu’il l’a reversée à la société eco-emballages. C’est une société de droit privé qui assure un service public : elle redistribue cet argent vers des opérations de tris sélectifs mis en place par des collectivités locales.

eco-emballages

Ceci, en revanche, est bien le logo qui signifie que le produit est recyclable. Une petite remarque qui a son importance : recyclable ne veut pas dire recyclé ! Encore faut-il qu’il y ait une filière de recyclage et que le consommateur pratique le tri sélectif.

recyclable

Bonne année 2009 !


Le dépucelage de ta conscience écologique

mardi 30 décembre 2008

La Bibliothèque Nationale de France organise un cycle de conférences mensuelles sur le développement durable au premier semestre 2009.

La première date (12 janvier de 18h30 à 20h) est assurée par Jean-Marc Jancovici, ingénieur conseil spécialiste du climat. Je vous encourage vivement à y participer. L’entrée est libre sous réserve des places disponibles.

Assister à une conférence de Jancovici, c’est un peu le dépucelage de ta conscience écologique. Tu ne sors pas indemne de ce gros coup de projecteur sur la réalité de la pénurie de pétrole et du changement climatique.

Plus d’infos ici : http://www.bnf.fr/pages/cultpubl/conference_984.htm

Pour vous préparer, si vous avez une semaine devant vous, vous pouvez lire le site de Jancovici www.manicore.com, et si vous n’avez qu’une petite heure, voici deux vidéos qui vous donneront un avant-goût.

Infos pratiques

Date : Lundi 12 janvier 2009, de 8h30 à 20h
Lieu : Bibliothèque François Mitterrand, petit auditorium.
Plan
Stations Vélib à proximité


Un réseau électrique à faible tension continue dans l’habitat

lundi 29 décembre 2008

La chasse au gaspi nous y amènera un jour ou l’autre, mais pourquoi ne pas explorer un peu en avance de phase cette idée : je pense qu’il serait intéressant tant d’un point de vue pratique qu’écologique de mutualiser les transformateurs électriques de la maison.

Imaginez ne plus avoir à transporter votre transfo en même temps que votre ordinateur, votre imprimante jet d’encre, votre téléphone portable etc… au lieu de cela, un simple câble (par exemple, un câble USB), et partout dans la maison, les prises murales correspondantes.

Sur le plan écologique, on règle d’un seul coup le problème des multiples transformateurs qui consomment chacun un petit peu, même si les appareils qu’ils alimentent sont éteints. Ce problème n’est pas prioritaire aujourd’hui par rapport à l’isolation des maisons, et surtout, il est fastidieux (débrancher le transfo de mon ordi quand j’éteints celui-ci, bonjour la galère; ce qui compte, ce n’est pas le nombre de gestes, c’est le pourcentage d’énergie économisé).

Bien sûr le transformateur central de la maison est intelligent: il est bourré l’électronique et ne consomme que ce qui est nécessaire pour produire ce qu’on lui demande. Il n’est pas justifié de mettre ce type d’intelligence dans un transfo individuel, mais ça le devient quand il est mutualisé.

Une tension de référence

Il faudra au préalable définir la tension délivrée par ce réseau. Sera-t-elle de 5 V comme pour le matériel Hifi et les ordinateurs fixes ? de 12 V comme les batteries de voitures ? de 18 V comme la plupart des ordinateurs portables ? Ou bien aurons-nous plusieurs tentions chacune avec sa propre prise ?

Photovoltaïque : un petit gain de plus

Aujourd’hui, si vous avez des panneaux solaires sur votre toit, vous avez aussi un onduleur qui transforme le courant de faible tension continue en courant alternatif 220V pour l’envoyer sur le réseau. Dans le même temps, le transformateur de votre ordinateur, de votre télé, de votre Hifi font exactement le contraire. Avec quelques pertes à chaque étape (de l’ordre de 5%).

Quand EDF ne vous rachètera plus l’électricité de vos panneaux photovoltaïques à un prix subventionné, ils pourront servir à charger des batteries affectées au réseau à faible tension. Dans ce cas, on évite de faire marcher l’onduleur dans un sens et le transformateur dans l’autre.

Optimisation thermodynamique

Avoir un transformateur mutualisé permet de surcroît de faire de l’optimisation thermodynamique : en hiver, il sera placé dans l’enceinte chauffée de la maison et contribuera au chauffage (Dans une maison passive, c’est la puissance des appareils électriques ainsi que la radiation du corps humain qui suffisent comme chauffage). En été, au contraire, le transformateur sera placé dans une pièce séparée thermiquement du reste de la maison et qui peut monter en température comme le cellier dans lequel il y a déjà la machine à laver le linge.

Autre optimisation plus facile à gérer : si la maison dispose d’une ventilation double-flux, le transfo est sur le trajet de l’air entrant en hivers et sur le trajet de l’air sortant en été. Je suis d’accord, on joue sur des pouillèmes, mais je parle là de la maison de l’an 2050, et contrairement aux « petits gestes » de tous les jours, on parle ici de conception : une fois en place, on n’y pense plus. C’est du « quick win ».


La domotique de l’énergie

mercredi 10 décembre 2008

En un mot, il s’agit d’utiliser des capacités de stockage de chaleur dans les habitats utilisant un chauffage électrique, afin de décaler la consommation d’énergie dans le temps et d’effacer le pic, mais également afin de contribuer à rendre « élastique » la demande. 

Lors des dernières rencontres parlementaires sur l’Energie, le point a été maint fois confirmé : on s’occupe beaucoup de l’amont (la production d’électricité), mais pas encore assez de l’aval (la consommation). Hors, il y a beaucoup à faire, notamment pour optimiser ce qu’on appelle le pic de consommation.

Qu’est ce que le pic de consommation ? Comment le gère-t-on aujourd’hui ?

La consommation d’électricité varie dans la journée : en premier lieu parce que beaucoup d’entreprises fonctionnent aux heures ouvrables, puis parce que nous arrivons tous chez nous à la même heure, que nous allumons la télé, que nous remontons le chauffage et préchauffons le four à ce moment. L’écart entre le minimum et le maximum de consommation est de plus de 20%.

Pics_de_consommation

Pour que le réseau entier ne tombe pas en rideau, il faut produire la même quantité d’énergie au même moment (car l’électricité ne se stocke pas ou très mal). Les modes de production d’électricité ont tous leur niveau de réactivité : les tranches de nucléaire se programment sur plusieurs mois, les centrales à gaz et à charbon s’allument en quelques heures, et pour gérer la crête du pic, on utilise les turbines hydro-électriques qui s’activent en quelques secondes.

Hormis les turbines, donc, les modes de production d’électricité les plus réactifs sont également ceux qui sont les plus émetteurs de CO2. Donc plus on a une courbe de consommation accidentée, plus on émet de CO2. La raison pour laquelle l’électricité française n’est pas 100% sans CO2, c’est la gestion du pic de consommation. Vous notez au passage qu’on a construit des centrales à charbon dans le but de ne les utiliser que quelques heures par jour. Bonjour le gâchis.

Quelle solution la domotique peut-elle apporter?

L’électricité ne se stocke pas, mais la chaleur oui. L’idée est donc de produire et stocker la chaleur dans les périodes de creux et de la restituer pendant les périodes de pointe. On décale ainsi dans le temps la consommation d’électricité destinée au chauffage, ce qui représente plus de la moitié de la facture électrique française.

Les trois conditions pour y parvenir sont :

  1. une capacité de stockage calorifique
  2. un abonnement à l’électricité avec un prix variable
  3. de la domotique et de l’algorithme

Effacer_le_pic

1) Une capacité de stockage énergétique

Un radiateur en fonte de 20kg a une inertie thermique qui peut atteindre une heure. Pour arriver à couvrir les besoins en chauffage d’une maison sur les quatre à six heures de consommation domestique en fin de journée, ce n’est qu’une question de dimensionnement.

La quantité de chaleur que l’on pourra stocker dans la capacité calorifique est proportionnelle à sa masse. La durée pendant laquelle on peut décaler la consommation, elle, est fonction de l’isolation de cette capacité. Si on stocke la chaleur dans une plaque de fonte présentant une large surface de contact avec l’air, la restitution démarre tout de suite. Si, au contraire, on chauffe un mur particulièrement épais par le milieu, le temps que la chaleur se diffuse, il se sera écoulé de 12 à 24 heures. Et si l’on veut aller au bout de la logique, on chauffe un cumulus de 1000 à 3000 litres à 80°C et on récupère cette chaleur en faisant circuler l’eau dans le circuit de chauffage à la demande, plusieurs heures, voire plusieurs jours après.

2) Un abonnement à l’électricité à prix variable

Pour qu’il y ait un intérêt financier à investir dans de tels équipements, il faut que le particulier ou la PME y trouve son compte. Il faut donc qu’il paie beaucoup moins cher l’électricité en période creuse.

Certes, il y a déjà les tarifs heures creuses / heures pleines. Mais la différence entre les deux niveaux de prix est inférieure à 50% (HP=11c, HC=6c), ce qui n’est pas un signal suffisant.

Ce dont je parle, c’est d’un tarif qui soit réellement de reflet, heure par heure, de l’écart entre l’offre et la demande, et qui soit 10 fois moins cher en heures creuses (quitte à être plus cher que le tarif moyen en heures pleines).

Au moins un distributeur d’électricité doit donc proposer un tel abonnement aux particuliers dans les mois ou les années qui viennent. Je sais que ce sera le cas.

3) De la domotique

Pour orchestrer cette gestion de l’énergie, il va falloir un peu d’automatisation. La complexité n’est pas dans les algorithmes à développer, mais dans la standardisation des modes de communication entre les appareils.

Les acteurs de la domotique proposent aujourd’hui des solutions propriétaires, incompatibles avec du matériel dont ils ne sont pas les constructeurs.

On voit cependant apparaître des débuts de standardisation comme X10 (CPL) qui est plus connu aux Etats-Unis qu’en Europe, Zigbee (radio), ainsi que le projet confié par le GAELD à AlterWay pour piloter des compteurs intelligents. Il existe également des solutions de monitoring comme celle de Vizelia. J’ai même trouvé un fil twitter issu d’un monitoring de domotique ! 

Pour aller encore plus loin : la même chose sur plusieurs jours

Les variations de consommation s’observent au cours d’une journée, mais également sur plusieurs jours. Et sur plusieurs jours, on peut aussi constater une variation la production électrique des ENR. Pourquoi alors ne pas envisager de stocker de la chaleur au delà de la journée?

Il faut des capacités de stockage plus lourdes et plus volumineuses, un tarif qui varie non seulement dans la journée mais également d’un jour sur l’autre, et du côté de la domotique, un peu plus d’informations en entrée (des flux de données de la part de Météo France et de RTE sur tes températures et les prix du kWh à venir) et des algos un peu plus sophistiqués, voire un moteur d’optim.

D’autres moyens de stockage

Il y a d’autres formes d’énergies qui se stockent : on peut, par exemple, faire de l’hydrogène par hydrolyse de l’eau, dans le but de faire fonctionner des piles à hydrogène. Il y a des déperditions à chaque transformation d’énergie, mais si on part d’une électricité quasiment gratuite, on ne va pas se gêner !

La chaleur latente de l’eau est également une bonne piste, surtout dans le stockage du froid : faire des glaçons la nuit pour climatiser plus efficacement le jour.

Pour conclure

Ces réflexions m’amèneront ou non vers un projet professionnel. Aujourd’hui, je cherche à comprendre pourquoi tout cela n’est pas déjà en place à grande échelle. Mon action se limitera peut-être à un modeste rôle d’agitateur d’idées et à faire un peu de lobbying, mais il est tout aussi possible que  je me lance dans une création d’entreprise pour que cette solution existe enfin.

Quoi qu’il en soit, la priorité dans l’habitat reste l’isolation. Il ne faut pas voir les possibilités d’effacement du pic comme des opportunités financières pérennes et prioritaires sur cette dernière. Ceci dit, sachant qu’il faudra plus de 50 ans pour renouveler le parc immobilier et que le chauffage et l’eau chaude sanitaire représentent encore plus de la moitié de la consommation électrique, le déploiement de la domotique de la chaleur (notamment dans des habitats ou des monuments difficiles à isoler) constitue un axe complémentaire d’amélioration du système global.

Je crois surtout que la domotique de la chaleur pourrait être la locomotive des solutions contribuant à faire exister l’élasticité de la demande. Et on verra que la visibilité donnée au signal prix de l’énergie aura un effet très positif sur la prise de conscience vis à vis de la rareté des ressources et aménera de nouveaux réflexes économiques. La gestion de la demande est un terrain d’innovation formidable qui s’ouvre à nous. Allons-y !

Sources :
RTE
Présentation de Tom Raftery : Electricity 2.0
Tarifs EDF


Les derniers jours de Carpe Vinum

samedi 22 novembre 2008
 

vente privée carpe vinum

L’œnologie est pour moi une passion et Carpe Vinum a été l’occasion de la partager avec le plus grand nombre. Cette aventure m’a apporté des expériences très riches depuis 2003.
Aujourd’hui, mes activités de conseil sont à la fois très enrichissantes et très prenantes, et je peux à peine faire face à toutes les sollicitations.
Mes explorations énergético-écologiques sont encore plus passionnantes, terriblement chronophages et déboucheront sur mon prochain métier (que je n’ai pas complètement fini de fabriquer, il faudra lire ce blog pour connaître la suite de l’histoire).
 
Un job, ça va, trois jobs, bonjour les dégâts. C’est donc avec un petit pincement au cœur, mais sans regrets, que je vais plier boutique du côté de Carpe Vinum et garder le concept sous le coude pour des commandes éventuelles en cadeaux d’affaires (> 1000 coffrets).
C’est donc l’heure du « déstokage avant fermeture définitive ». Mais avant de confier mon stock à un de ces rapaces de faillitaires, je voudrais faire profiter mes amis, ainsi que les amis de mes amis d’une vente privée qui va durer jusqu’au 30 novembre. Les remises sont de 40% à 60%. C’est du direct éditeur-consommateur, au prix de revient, participation aux frais de port en sus.
  
http://www.wmaker.net/private/login_a23.html
Mot de passe : noel2008 

 N’hésitez pas à faire passer le mot autour de vous.
Voici un widget pour ceux qui veulent diffuser sur leur blog : 
 
<div align="center"><a href=http://www.wmaker.net/private/login_a23.html target="_blank"> <img src="http://www.wmaker.net/private/docs/widget_180_02.jpg"/> </a></div>

Compta et Gestion en mode SaaS : Idylis recalé

lundi 27 octobre 2008

 

J’ai essayé de passer en mode SaaS pour ma compta et ma gestion. Quand je dis « essayer », ce n’est pas à moitié : J’ai basculé toute ma compta et toute ma gestion sur Idylis, du jour au lendemain, afin de pouvoir travailler avec ma comptable et mon assistante commerciale à distance, sans problème de version de fichier de sauvegarder et toutes les complications qui vont avec. J’ai bien dû perdre une journée à faire les imports-exports de fichiers de paramétrage, liste des produits, des clients, des fournisseurs, lignes des « A Nouveau » etc.

Au final, quelques mois plus tard, retour en arrière : Idylis ne permet vraiment pas de travailler correctement sur des opérations qui sortent de la saisie de base : Dès qu’il s’agit de faire des exports, des extractions, de consulter des comptes, bref de naviguer un tant soit peu dans l’interface, les temps de réponse sont tels que le travail prendre 20 fois plus de temps qu’en local sur EBP par exemple. A quelques jours de voir ma comptable pour une journée de travail, je fais donc machine arrière (export des lignes de compta, ressaisie des factures clients et fournisseurs, etc.). J’ai eu de la chance de ne pas y passer trop de temps. Je ne regrette pas d’avoir tenté l’expérience. Maintenant je sais.

Je doute cependant que les outils de Compta et de Gestion en SaaS ne soit pas mûr aujourd’hui. J’aimerais bien avoir le retour d’autres personnes qui ont tenté de coup. D’avance merci de vos retours.


Conférence sur la crise financière : Frédéric Lordon

samedi 25 octobre 2008
Conférence sur la crise financière : Frédéric Lordon
envoyé par unmondedavance
Voilà des idées qui secouent. Va-t-on avoir le courage de se pencher sur des propositions aussi audacieuses ?

Stockage Intersaisonnier

dimanche 5 octobre 2008

Merci à JérômeP pour l’information suivante, postée en commentaire sur mon article « Stocker la chaleur de l’été vers l’hiver » : La société Ventilone propose des solutions de stockage intersaisonnier de la chaleur.

ventilone

(c) ventilone

Le principe est le même que ce que j’avais imaginé, mais avec une différence notable : on utilise le sous-sol tel quel, et on ne cherche pas à construire une cuve isolée du reste du sol. La taille de l’installation est telle que la vitesse de propagation de la chaleur n’est pas un problème. De plus, on commence à capter les calories sur la périphérie de la zone avant de se rapprocher du centre. Pour schématiser, on récupère ces calories sur leur passage dans leur fuite vers l’extérieur.


Drupal’n’Go

vendredi 26 septembre 2008

Durant le premier week-end d’octobre 2008, en seulement 2 jours, la communauté française Drupal construira un site web complet et actif pour une ONG. Gratuitement, et pour un résultat libre et open source.

Les participants seront à la fois des développeurs (débutants et des “rockstars”), des chefs de projet, des graphistes, des journalistes (tant pour couvrir l’évènement que pour aider à l’édition), des architectes de l’information, des administrateurs systèmes, bien entendu des membres de l’ONG qui seront les pivots du projet et, pour finir, toute personne qui viendra nous donner un coup de main.

L’objectif est qu’au soir du second jour, le site soit mis en ligne pour l’émerveillement et pour le plaisir de tous 🙂

Les participants pourront apprendre à mieux se connaître les uns les autres, découvrir l’incroyable rapidité de Drupal à construire des sites web, augmenter leurs compétences et échanger sur les bonnes pratiques tout en contribuant de manière significative à une bonne cause.

Les participants sont invités à s’inscrire sur le site Drupal n’Go : http://www.drupalngo.org. Vous pourrez y préciser les domaines auxquels vous souhaitez participer.

Attendez ! Est-ce que ça va marcher ? En seulement deux jours ?

Grâce à l’agilité de Drupal et à la large gamme de talents rassemblés dans le même lieu, au même moment, oui, ca va marcher.

Les sessions intensives de programmation sur un projet spécifique ont été une part essentielle de la communauté Drupal — Code Sprints — et de la communauté Open Source dans son ensemble. Nous voulons étendre cela à l’ensemble du processus de web design — simplement parce que Drupal en lui même est troooop facile.

Encore mieux : nous avons un très, très bon plan.

Bon, c’est quoi le plan ?

Le programme des deux jours sera le suivant :

  • Premier jour : La première moitié de la journée de samedi sera un DrupalCamp classique. Il y aura tout de même des sessions pour préparer les efforts qui suivront. Au moins deux sessions introduiront comment travailler dans le cadre d’une grosse équipe de façon fluide et collaborative (introduction à l’usage d’un SCM et à l’écriture de tickets de gestion de tâches).
    Le samedi après-midi sera réservé à la préparation du travail du lendemain. Des groupes discuteront et prépareront l’architecture de l’information, certains des choix techniques, le contenu, les fonctionnalités, etc. De plus toute question d’infrastruture restée en suspens sera résolue — la plus grande part de l’infrastructure technique ayant été préparée en amont.
  • Deuxième jour : Le dimanche, la plus grande part du “travail concret” sera réalisée. Les designers graphiques feront leur cuisine. Les journalistes intervieweront et écriront des articles fantastiques. Les développeurs développeront. Les intégrateurs intègreront… et les chefs de projet nous encourageront à tenir le rythme.

Une partie du travail sera préparée préalablement afin de nous assurer que nous pourrons commencer à travailler rapidement et efficacement : les serveurs d’intégration et de test seront prêts, un repository sera dédié au code et un système de suivi des tâches sera mis en place. Nous préparerons même un Live CD avec un environnement préconfiguré de développement.

Infos pratiques

Date : 4 et 5 octobre 2008

Lieu : Paris, La Cantine Numérique (151 rue Montmartre).

Plus d’infos sur http://drupalngo.org/fr/node/1


L’autopromotion immobilière : VRM et habitat durable

vendredi 26 septembre 2008

J’ai trouvé l’information suivante sur le hub « Architecture et développement durable » de Viadeo. L’autopromotion immobilière me semble un excellent exemple d’application pour le VRM (Vendor Relationship Management) qui ne peut trouver des concrétisations – dans un premier temps – que par des regroupements d’acheteurs.

L’autopromotion, une nouvelle voie vers l’habitat collectif durable?

L’autopromotion part d’une idée simple : celle de particuliers qui se regroupent afin de concevoir, de financer et de réaliser ensemble un projet immobilier, conçu pour répondre aux besoins d’espace, aux attentes sociales ainsi qu’aux possibilités de financement de chacun. Les avantages sont multiples:

  • Les personnes conçoivent et réalisent des habitats qui correspondent avec précision à leurs besoins et attentes (espaces, équipements, qualité environnementale…), possibilité qui n’existe pas sur le marché conventionnel avec une offre forcement standardisée.
  • Les programmes prévoient souvent des équipements et espaces mutualisés (buanderie, salle de fête, chambres d’amis, aire de jeu…).
  • Le processus permet de rencontrer les futurs voisins bien avant l’emménagement et de partager avec eux l’histoire passionnante de la réalisation du projet. Ce principe permet de passer à un voisinage choisi au lieu d’un voisinage subi.
  • L’autopromotion permet une économie de 15 à 20% par rapport à un logement du marché privé à qualité égale compte tenu de l’absence de certains frais. Une économie supplémentaire de 20% peut être réalisée par la prise en charge de certains travaux de finition par les acquéreurs. L’autopromotion ouvre ainsi un accès à des logements de très grande qualité à des foyers avec des moyens modestes.

Le concept d’autopromotion rencontre un vrai succès dans le nord de l’Europe et notamment en Allemagne où certaines villes réservent 15% du foncier destiné au logement à ces groupes. 150 projets ont été réalisés dans la seule ville de Fribourg depuis 15 ans. Aujourd’hui des initiatives émergent en France. L’approche organisationnelle est généralement complétée par le concept bioclimatique de la construction afin de viser une qualité durable cohérente.
Nous sommes convaincus qu’une place existe aujourd’hui pour la démarche citoyenne et participative dans l’habitat. Afin de favoriser l’émergence et la réussite des projets nous diffusons des informations sur notre site et sur un blog spécifique et vous donnons rdv sur un nouveau forum consacré à la question et au projets dans le Sud de la France.

http://www.toitsdechoix.com
forum d’échange: http://autopromotion.xooit.com
blog de l’autopromotion: http://autopromotionsudfrance.hautetfort.com


Point sur la portabilité des réseaux sociaux

vendredi 19 septembre 2008

Voici les slides de ma présentation de vendredi à Ignite Paris 2.