Drupal’n’Go

vendredi 26 septembre 2008

Durant le premier week-end d’octobre 2008, en seulement 2 jours, la communauté française Drupal construira un site web complet et actif pour une ONG. Gratuitement, et pour un résultat libre et open source.

Les participants seront à la fois des développeurs (débutants et des “rockstars”), des chefs de projet, des graphistes, des journalistes (tant pour couvrir l’évènement que pour aider à l’édition), des architectes de l’information, des administrateurs systèmes, bien entendu des membres de l’ONG qui seront les pivots du projet et, pour finir, toute personne qui viendra nous donner un coup de main.

L’objectif est qu’au soir du second jour, le site soit mis en ligne pour l’émerveillement et pour le plaisir de tous 🙂

Les participants pourront apprendre à mieux se connaître les uns les autres, découvrir l’incroyable rapidité de Drupal à construire des sites web, augmenter leurs compétences et échanger sur les bonnes pratiques tout en contribuant de manière significative à une bonne cause.

Les participants sont invités à s’inscrire sur le site Drupal n’Go : http://www.drupalngo.org. Vous pourrez y préciser les domaines auxquels vous souhaitez participer.

Attendez ! Est-ce que ça va marcher ? En seulement deux jours ?

Grâce à l’agilité de Drupal et à la large gamme de talents rassemblés dans le même lieu, au même moment, oui, ca va marcher.

Les sessions intensives de programmation sur un projet spécifique ont été une part essentielle de la communauté Drupal — Code Sprints — et de la communauté Open Source dans son ensemble. Nous voulons étendre cela à l’ensemble du processus de web design — simplement parce que Drupal en lui même est troooop facile.

Encore mieux : nous avons un très, très bon plan.

Bon, c’est quoi le plan ?

Le programme des deux jours sera le suivant :

  • Premier jour : La première moitié de la journée de samedi sera un DrupalCamp classique. Il y aura tout de même des sessions pour préparer les efforts qui suivront. Au moins deux sessions introduiront comment travailler dans le cadre d’une grosse équipe de façon fluide et collaborative (introduction à l’usage d’un SCM et à l’écriture de tickets de gestion de tâches).
    Le samedi après-midi sera réservé à la préparation du travail du lendemain. Des groupes discuteront et prépareront l’architecture de l’information, certains des choix techniques, le contenu, les fonctionnalités, etc. De plus toute question d’infrastruture restée en suspens sera résolue — la plus grande part de l’infrastructure technique ayant été préparée en amont.
  • Deuxième jour : Le dimanche, la plus grande part du “travail concret” sera réalisée. Les designers graphiques feront leur cuisine. Les journalistes intervieweront et écriront des articles fantastiques. Les développeurs développeront. Les intégrateurs intègreront… et les chefs de projet nous encourageront à tenir le rythme.

Une partie du travail sera préparée préalablement afin de nous assurer que nous pourrons commencer à travailler rapidement et efficacement : les serveurs d’intégration et de test seront prêts, un repository sera dédié au code et un système de suivi des tâches sera mis en place. Nous préparerons même un Live CD avec un environnement préconfiguré de développement.

Infos pratiques

Date : 4 et 5 octobre 2008

Lieu : Paris, La Cantine Numérique (151 rue Montmartre).

Plus d’infos sur http://drupalngo.org/fr/node/1

Publicités

L’autopromotion immobilière : VRM et habitat durable

vendredi 26 septembre 2008

J’ai trouvé l’information suivante sur le hub « Architecture et développement durable » de Viadeo. L’autopromotion immobilière me semble un excellent exemple d’application pour le VRM (Vendor Relationship Management) qui ne peut trouver des concrétisations – dans un premier temps – que par des regroupements d’acheteurs.

L’autopromotion, une nouvelle voie vers l’habitat collectif durable?

L’autopromotion part d’une idée simple : celle de particuliers qui se regroupent afin de concevoir, de financer et de réaliser ensemble un projet immobilier, conçu pour répondre aux besoins d’espace, aux attentes sociales ainsi qu’aux possibilités de financement de chacun. Les avantages sont multiples:

  • Les personnes conçoivent et réalisent des habitats qui correspondent avec précision à leurs besoins et attentes (espaces, équipements, qualité environnementale…), possibilité qui n’existe pas sur le marché conventionnel avec une offre forcement standardisée.
  • Les programmes prévoient souvent des équipements et espaces mutualisés (buanderie, salle de fête, chambres d’amis, aire de jeu…).
  • Le processus permet de rencontrer les futurs voisins bien avant l’emménagement et de partager avec eux l’histoire passionnante de la réalisation du projet. Ce principe permet de passer à un voisinage choisi au lieu d’un voisinage subi.
  • L’autopromotion permet une économie de 15 à 20% par rapport à un logement du marché privé à qualité égale compte tenu de l’absence de certains frais. Une économie supplémentaire de 20% peut être réalisée par la prise en charge de certains travaux de finition par les acquéreurs. L’autopromotion ouvre ainsi un accès à des logements de très grande qualité à des foyers avec des moyens modestes.

Le concept d’autopromotion rencontre un vrai succès dans le nord de l’Europe et notamment en Allemagne où certaines villes réservent 15% du foncier destiné au logement à ces groupes. 150 projets ont été réalisés dans la seule ville de Fribourg depuis 15 ans. Aujourd’hui des initiatives émergent en France. L’approche organisationnelle est généralement complétée par le concept bioclimatique de la construction afin de viser une qualité durable cohérente.
Nous sommes convaincus qu’une place existe aujourd’hui pour la démarche citoyenne et participative dans l’habitat. Afin de favoriser l’émergence et la réussite des projets nous diffusons des informations sur notre site et sur un blog spécifique et vous donnons rdv sur un nouveau forum consacré à la question et au projets dans le Sud de la France.

http://www.toitsdechoix.com
forum d’échange: http://autopromotion.xooit.com
blog de l’autopromotion: http://autopromotionsudfrance.hautetfort.com


Point sur la portabilité des réseaux sociaux

vendredi 19 septembre 2008

Voici les slides de ma présentation de vendredi à Ignite Paris 2.


Ignite Paris #2 ce vendredi 19 septembre

mercredi 17 septembre 2008

Rendez-vous de geek, s’il en est, Ignite est un concept lancé par l’équipe O’Reilly (l’inventeur du terme Web 2.0) :

Il s’agit de présenter un sujet qui vous tient à coeur, sur lequel vous êtes expert, en 5 minutes, 20 slides, 15 secondes par slide…

Quel sujet ? Tout simplement un sujet qui va intéresser les Geeks présents dans l’assemblée… On peut parler de technologie, de jeu, de science fiction…

Vous n’avez pas de sujet à présenter ? Venez au moins écouter les pitchs des autres. Ça promet d’être varié, intéressant, parfois techno, un peu geek, toujours très 2.0…

Pour ma part, je prépare un point sur la portabilité des réseaux sociaux aujourd’hui avec des exemples concrets (Mes slides ici au prochain post).

Toutes les infos sur cet événement ici.


Introduction au Web 2.0

jeudi 11 septembre 2008

Voici les transparents que j’ai utilisés pour faire une introduction au web 2.0 auprès de mes collègues de Mondial Assistance. Sans le discours qui va avec, c’est peut-être un peu abstrait, je vais donc voir si je suis capable de faire une vidéo à partir de ça. à suivre…


A quoi me sert LinkedIn ?

vendredi 5 septembre 2008

Je viens d’envoyer une demande de mise en relation sur LinkedIn à un certain nombre de mes contacts personnels. A leur attention, voici une petite explication sur l’utilité des réseaux sociaux et l’usage que j’en fais personnellement.

Qui je suis

Pour moi,  la première utilité des sites comme LinkedIn, c’est tout simplement d’exister en ligne. Un recruteur ou un contact professionnel aura souvent le réflexe de chercher un nom sur Google (voire directement sur LinkedIn). Il est important que les pages web sur lesquelles il tombe soient des pages que j’ai moi-même mises en ligne et dont je maîtrise le contenu.

Mon CV en ligne

LinkedIn offre également la possibilité de créer son CV en ligne (il est d’usage de le rédiger en Anglais) et de bénéficier automatiquement d’un CV micro-formaté (hResume) qui apporte un grand confort dans la portabilité des données. J’en parlerai dans mon prochain post : en gros, certains sites vont pouvoir « aspirer » ce CV pour m’éviter d’avoir à le re-saisir.

Le réseau : le cœur du service

LinkedIn, comme son nom l’indique, me sert à recréer en ligne les liens que j’ai avec mon réseau de relations dans la vraie vie, puis de pouvoir explorer qui sont les amis de mes amis.

J’ai utilisé le plug-in qui permet d’importer en masse mes contacts de mon carnet d’adresses Outlook. Je n’invite pas forcément tout le monde mais toutes les personnes avec qui j’ai réellement travaillé ou avec qui j’ai envie de rester en contact. La question à se poser avant d’envoyer une invitation est la suivante : est ce que je permettrais de demander à cette personne de me mettre en contact avec quelqu’un, ou est ce que j’accepterais de la mettre en lien avec un ami qui me l’a demandé. Si c’est non, a priori, ce n’est pas la peine de créer la connexion.

Il m’arrive également de supprimer des connections, comme par exemple des recruteurs que je ne connais pas vraiment et qui sont en contacts avec des milliers de clients, de prospects et de candidats. La raison ? Ils ressortent dans toutes les requêtes que je fais alors que je ne peux pas compter sur eux pour relayer une demande de mise en relation. Je vais parfois être au rang 2 avec une personne à cause de ce contact, ce qui va m’empêcher de voir par qui je peux réellement passer pour le contacter par des vrais relations, même si c’est au rang 3.

A quoi ça sert ?

Aujourd’hui, (après 8 ans d’utilisation), j’ai plus de 250 contacts, ce qui donne plus de 23.000 personnes au rang 2 (les amis de mes amis) et pas loin de 2 millions au rang 3.

Je suis rarement à plus de deux rangs d’un professionnel du web travaillant en France et ayant un réseau « normal » sur LinkedIn. En général, j’ai même le choix entre plusieurs intermédiaires pour entrer en contact avec lui.

J’ai déjà pu largement tirer profit du réseau pour :

  • chercher du travail
  • trouver des compétences
  • avoir des réponses à des questions pointues (auprès de mes contacts, mais aussi au sein des groupes que j’ai rejoints)
  • ou tout simplement apprendre des choses sur mes amis ou mes contacts professionnels (qui ils connaissent, où ils ont travaillé, quels sont leurs hobbies etc.)

Les groupes sont également une source impressionnante d’informations, mais la plupart sont en anglais. Pour de l’info en français, les hubs de Viadeo sont plus adaptés.

Quelques conseils d’utilisation

Quels conseils pour ceux qui veulent s’y mettre (ou s’y remettre) :

  • Les réseaux sociaux ne sont que complémentaires de ce qui fait notre sociabilité. Donc ne négligez pas les rencontres physiques, profitez même des mails de demande de mise en relation pour demander des nouvelles, proposer un déjeuner, inviter à une soirée.
  • Prenez ET donnez : ne vous contentez pas de faire des demandes aux autres, mais mettez-vous également à leur service : mettez en relation vos amis qui se connaissent mais qui ne sont pas encore connectés, ou ceux qui ne se connaissent pas mais ont des centres d’intérêts communs…
  • Rejoignez des groupes qui portent sur des sujets qui vous intéressent. Ça ne coûte pas cher mais ça crédibilise le profil, ça contribue à définir qui vous êtes et, accessoirement, ça met de la couleur quand vous ressortez dans le résultat du moteur de recherche (je suis serieux, là).
  • Quelques détails pratiques :
    • Pensez  à fournir à LinkedIn toutes vos adresses e-mails, même celles de vos boulots précédents afin que vos anciens collègues puissent vous retrouver facilement.
    • Faites un lien vers votre blog si vous en avez un et vers le site de votre entreprise.
    • Personnalisez l’URL de votre profil dans les settings

Pour aller plus loin…

Il existe d’autre réseaux comme Viadeo (en français), Xing, Plaxo (qui propose des fonctionnalités de synchronisation très poussées), Facebook (plutôt pour les copains et la famille), WAYN, Copains d’avant et j’en passe… Chacun a ses spécificités. Il peut être utile de regarder si vous avez beaucoup de vos amis  ou contacts sur ces réseaux pour aviser s’il est intéressant d’y investir du temps.

Si vous voulez que votre profil arrive en tête des résultats de recherche sur votre nom, créez un profil sur Ziki. C’est ce profil qui arrivera en première ligne, puis il tirera vos autres profiles vers le haut avec le temps.

Je vais rédiger un article sur la portabilité des données et des réseaux sociaux, donc si vous voulez aller un peu plus loin, suivez le fil…